AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Mister President [Pv Nathan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 10/02/2016
Emploi : Informaticien (officieusement Hacker)
MessageSujet: Mister President [Pv Nathan]   Jeu 7 Avr - 15:45

Les doigts d'Elliot pianotaient sur le clavier à une vitesse qui pouvait presque sembler inhumaine. Enfin, aux yeux de certaines des personnes qui vivaient en ce monde, l'informaticien devait paraître terriblement lent et pataud. Songer à ces êtres, quoi qu'ils puissent être, tira un nouveau soupir à Elliot, qui s'arrêta brièvement dans son travail.

Il tripota le col de sa chemise, mal à l'aise. Il détestait les habits formels qu'il était obligé de porter lorsqu'il était au travail. Ils le serraient. Irritaient sa peau sensible. La sensation du tissu rugueux sur son épiderme devait lui retirer près d'un tiers de sa concentration, l'empêchant d'être efficient dans l'accomplissement de sa tâche. Mais souhaitait-il réellement être efficace ? Souvent, Elliot se posait cette question et ne trouvait pas de réponse adéquate.

Ce monde était fou. Et lui aussi. Mais tous deux de manières bien différentes. Elliot était né avec une structure neurologique différente, une façon de penser bien particulière. Cet univers s'était créé de toutes pièces, sans rien pour prédire sa venue, et Elliot y avait été aspiré. Il était au milieu d'hommes dotés de pouvoirs surnaturels, d'extraterrestres, de personnes issues de temps anciens... Grotesque. C'était grotesque. Et ridicule.

Est-ce que tu sais qui est derrière tout cela ? Es-tu en train de rire en ce moment, mon ami ?

Pas de réponses. Il n'en attendait pas. Il s'adressait à quelqu'un qui n'existait pas. Quelqu'un qui l'observerait, quelque part... Un spectateur, peut-être ? Une présence omnisciente ? Elliot ne croyait pas pas particulièrement en Dieu ou en une quelconque force spirituelle, mais... mais il y avait de quoi douter, dans cet univers.

Peut-être avait-il définitivement perdu l'esprit. Peut-être avait-il créé tout cela. Trop de pression. Trop d'enjeux. Il n'avait pas les épaules pour tout supporter. Il était faible. Faible. Faible. Faible.

Elliot se surprit à répéter à voix haute ce dernier mot, s'empressant de se taire dès qu'il réalisa son erreur. Tout le monde se doutait qu'il n'était pas tout à fait normal. Inutile de leur donner des raisons supplémentaires pour l'interner. Enfermé, sans son ordinateur, il se laisserait dépérir. Il en était certain.

Les lignes de codes s'étalaient devant ses yeux, un langage familier et rassurant que bien d'autres n'étaient pas seulement à même de déchiffrer. Elliot le maîtrisait sans difficulté, comme une seconde nature. On disait parfois de lui qu'il était une intelligence artificielle dans un corps humain. Parfois, il aurait souhaité que ce soit vraiment le cas. Une I.A sans émotions. Sans angoisse. Sans tristesse. Tout serait plus facile, si son esprit n'était régi que par une pure et froide logique.

Des pas derrière lui. Elliot ne se retourna pas, reprenant son travail. Inconsciemment, son esprit commença à compter les pas en question, attendant qu'ils atteignent un certain nombre signifiant que la personne serait hors de portée et qu'Elliot serait éloigné de toute possibilité de socialisation.

Mais les pas s'arrêtèrent trop tôt. Derrière lui. Elliot prit une inspiration et fit pivoter sa chaise roulante. Une mauvaise idée, cette chaise. Sans y réfléchir, il passait son temps à la faire tournoyer. Le mouvement l'aidait à focaliser ses pensées.

Quelques secondes s'écoulèrent. Elliot accrocha un nom, un visage et un degré d'importance à la personne qui lui faisait face. Nathan Petrelli. Président du Conseil. Politicien de pure souche. La plus haute autorité de ce monde. Instantanément, Elliot le connecta à E Corp, ou Evil Corp, l'une des plus importantes corporations de son propre univers. Qu'il avait fait tomber. Peut-être ferait-il chuter Nathan et le Conseil à leur tour, un jour... Ou peut-être pas...

Elliot se leva de sa chaise, détaillant distraitement l'allure du Président. Apprêté. Propre sur lui. Respirant l'arrogance. Mais également l'intelligence. Un cocktail dangereux, à n'en pas douter.

Elliot ne lui tendit pas la main. Ce n'était pas le genre de choses auxquelles il songeait naturellement. Cela lui demandait un effort supplémentaire et il était actuellement trop occupé à essayer de déceler les intentions du Président pour seulement songer à respecter les conventions sociales. Que lui voulait-il ? Avait-il flairé le danger ? Songeait-il à le manipuler ? Elliot n'avait pas l'intention d'être un pion dans le jeu politique de qui que ce soit. Il était contre le système. Certainement pas voué à en devenir l'instrument.

Son silence s'était trop étendu. Elliot le réalisa et souffla un "Monsieur le Président..." incertain, son regard évitant clairement de croiser celui de Nathan Petrelli. On pouvait lire beaucoup trop de choses dans un regard. Et le sien était une porte ouverte vers les tourments de son âme.

Ses mains se posèrent sur sa chaise roulante, qu'il faisait doucement pivoter sans même le réaliser. Son attention était toute tournée vers le Président, qu'il tentait de décoder comme il le faisait de ses programmes. Elliot regrettait l'absence de Facebook, à cet instant précis.

Il détestait ce site, mais il s'agissait d'une mine précieuse d'informations au sujet de n'importe qui et il était certain qu'il aurait beaucoup pu apprendre de Nathan Petrelli sur le réseau social. Les gens exposaient toute leur vie dessus, avec une pure indécence. Et Elliot observait. Jaugeait. Décortiquait.

Je suis resté silencieux trop longtemps. Il doit me trouver bizarre. Les gens ont cette impression, en général. Je suppose que je devrais y être habitué.

Elliot se rappela finalement de lui tendre la main, d'un geste un peu trop brusque. Il déclara de sa voix légèrement traînante, s'efforçant de faire preuve d'un minimum de courtoisie :

"Elliot Alderson. Informaticien."

Ce qui devait sembler évident, étant donné le lieu où il travaillait, son ordinateur allumé et les lignes de codes qui s'étalaient sur son écran. Elliot toussota, mal à l'aise. Il n'avait jamais été particulièrement doué dans tout ce qui concernait la socialisation, de près ou de loin.

"Hmm... Vous cherchez quelqu'un en particulier ? Le bureau n'est pas très peuplé, à cette heure de la journée."

Il était tard. Très tard. Elliot ne dormait pas ou peu, de toute manière. Et il n'avait rien de mieux à faire que travailler sur son ordinateur. Tenter de percer les mystères de ce monde. Laisser son âme se perdre dans sa passion pour l'informatique. Chez lui, il n'y avait rien ni personne. Pas même un poisson. Il devrait songer à en adopter un. Il pourrait le nommer Azerty, celui-là... Qwerty, aussi silencieux qu'il pouvait être, lui manquait terriblement.

La méfiance avait laissé place à l'incertitude dans le regard d'Elliot. Non pas que son visage ait changé du tout au tout. Le jeune homme tendait à se montrer généralement inexpressif. Il commençait à se douter que le politicien pouvait être venu spécialement pour lui, une idée aussi dérangeante qu’intrigante. Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?

Mon ami, en as-tu la moindre idée ? Tu sais ce qu'il veut ? Tu le savais depuis le début ?

Pas de réponses. Jamais de réponses. Toujours des questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Nathan "conceal don't feel" Petrelli
Messages : 100
Date d'inscription : 10/11/2015
Emploi : Président du conseil.
MessageSujet: Re: Mister President [Pv Nathan]   Mar 24 Mai - 15:42



Mr. President


Elliot Alderson. Il travaille dans le centre de recherches. Lui avait-on dit. Nathan avait tout d'abord haussé les épaules, ne prêtant que peu d'attention aux personnes qui faisaient peu parler d'elle. Mais il avait peut-être (oui, peut-être) eu tort, sur ce coup-là. Après tout, cet Elliot Alderson semblait être une personne très intéressante. Intéressante, voire dangereuse, et ce dernier point plaisait un peu moins au président que le reste de ses compétences. Il s'agissait d'un homme doué, efficace, visiblement très intelligent, et sachant manier les codes informatiques et autres termes technologiques que Nathan ne maîtrisait pas lui-même. Chacun son domaine, n'est-ce pas ?

Le dossier d'Elliot Alderson était, pour l'heure, étalé sur son bureau. Il y avait peu d'informations, évidemment, à part celle qu'on avait pu recueillir à son sujet, en l'observant au quotidien. Nathan n'était pas sûr, quant à la marche à suivre et, pensif, il observait la photo du jeune homme qu'Elle avait très certainement dû agrafé. Après tout, elle était en charge du centre d'identification depuis que son chemin avait croisé le sien, et elle ne faisait pas mal son travail, bien au contraire, elle s'y attelait avec soin. Cela tenait son esprit occupé, et loin du grabuge qui se produisait ces derniers temps en ville. Une partie des récoltes brûlée, des soucis financiers, des restrictions alimentaires... Une véritable crise qui, cependant, était encore sous contrôle. Le plus grave était peut-être le meurtre de ce Joffrey Baratheon ; le fait le plus troublant, et le plus noir, surtout. Nathan n'aimait pas particulièrement ça. Jusqu'alors, les habitants s'étaient cantonnés aux règles instaurées par les Gardiens... Bien sûr (évidemment !) cela avait changé.

Nathan poussa un léger soupir et referma le dossier qu'il rangea dans une chemise bleue. Il se leva et s'arrêta devant le miroir situé à un coin de son bureau. Il se regarda dedans, et son reflet lui renvoya l'image d'un homme fatigué, aux traits trop tirés. Le président du conseil se redressa, carrant un peu les épaules, ayant déjà l'air plus noble, puis ajusta sa cravate, ainsi que sa coiffure. Il n'était pas de nature coquette, mais les apparences comptaient énormément en public, et il ne pouvait se permettre d'avoir l'air affecté par de quelconques événements.
Après tout, il était un vaurien, et sans cœur. Les sentiments glissaient sur sa peau, et ses intérêts passaient avant tout le reste. Il n'avait donc pas à s'en faire, s'il se cantonnait à sa manière d'agir habituelle. Tout se passerait bien, et il n'aurait de compte à rendre à personne.

Sur cette rapide mise au point, Nathan sortit de son bureau, annonçant à son secrétaire qu'il devait se rendre au centre de recherches, pour un rendez-vous important. Il refusa qu'on lui prépare une voiture, et s'y rendit plutôt à pied. La route n'était pas excessivement longue, après tout, et prendre l'air ne lui ferait aucun mal. Il sortit donc du grand building, aussi appelée la tour du conseil, et, d'un bon pas, se dirigea vers le 1er district, où le centre de recherches dominait une grande partie de la zone. Quelques personnes flânaient dans les rues, depuis ces dernières années, ce monde avait rapidement était peuplé, et les rues ressemblaient presque aux rues normales d'une grande ville basique. Si l'on oubliait le fait qu'ils étaient censé être dans une autre dimension, ou un genre de cauchemar sans fin, tout aurait pu être parfaitement banal.
Nathan poussa la porte du centre de recherches, se présenta à l'accueil et se laissa guider à travers les couloirs jusqu'au bureau où travaillait Elliot Alderson. D'un pas rapide, Nathan s'avança en direction du jeune homme. Il avait l'air encore plus étrange et absent que sur la photographie du dossier. Plutôt pâle, fuyant, une mine sombre, et peu expressive. Rien de bien engageant pour une quelconque conversation, mais... Il le fallait bien. Ce fut le jeune homme qui prit en premier la parole, quelques autres personnes s'étaient levées à l'approche du politicien, le saluant à leur tour. Il tourna la tête dans leur direction et leur adressa un poli signe de tête.

Le silence s'étira longuement. Nathan lui tendit la main, mais aucun geste de sa part ne sembla venir répondre à mon invitation. Il la laissa suspendue en l'air quelques instant supplémentaires, quelque peu froissé, mais loin d'y accorder une réelle importance. Il connaissait plus ou moins ce genre de personne, s'il ne se trompait pas, en tout cas... Et rien n'était moins sûr, il se trompait visiblement assez souvent. En tout cas, Elliot lui donnait l'impression d'être de ceux jugeant les personnes politiques, ou, en tout cas, puissant dans la société, comme dédaigneuses et à mépriser. Alors que Nathan s'apprêtait à baisser son bras, les doigts d'Elliot se serrèrent autour des siens, et ils échangèrent une brève poignée de main. Un très léger sourire empreint de satisfaction vint ourler les lèvres de Nathan, très vite remplacé par un sourire plus faux, ceux qu'il avait l'habitude de servir sur les photographies et qui éblouissait.

« Enchanté, Mr. Alderson. »

Déclara-t-il sans se soucier des paroles de son interlocuteur outre mesure. Il posa une main amicale sur son épaule, comme il avait l'habitude de le faire dans de pareilles rencontres. Il paraissait que le contact physique aidait les gens à se sentir plus proches, plus écouté, plus apprécié. Nathan ne savait pas si tel était le cas, mais il en avait pris l'habitude, voyant que cela fonctionnait pour la plupart des gens. Lui-même n'appréciait pas particulièrement qu'on le touche de la sorte, et trouvait cela déplacé, mais, après tout, il n'était pas non plus n'importe qui.

« A vrai dire, oui, je cherchais quelqu'un. Vous. Accepteriez-vous de quitter votre travail un peu plus tôt, aujourd'hui, je dois m'entretenir avec vous de choses et d'autres, et j'aimerais que nous puissions le faire en privé, cela pourrait prendre un peu de temps. »

Nathan avait décidé qu'il valait mieux prévenir que guérir. Il savait exactement ce qu'il voulait. Ce qu'il voulait, il l'obtenait généralement d'une manière ou d'une autre (argent, tricherie, etc). En l'occurrence, il savait que la personne en face de lui pouvait être potentiellement dangereuse, et il préférait tenter de s'en faire en allié plutôt que de le voir un jour se retourner contre lui. Le problème était ainsi éradiqué. Restait à voir si Elliot accepterait de travailler avec lui, plutôt que contre lui.
Nathan n'attendit pas de réponse, et prit les devants jusqu'à un bureau désert où ils pourraient parler. Le président aurait pu tout simplement demander à Elliot de se déplacer pour un rendez-vous, dans quelques jours, mais en allant voir les personnes directement, elles ne pouvaient pas se défiler... Et Nathan avait au moins un petit effet de surprise qui jouerait peut-être en sa faveur.

« Asseyez-vous, je vous en prie. J'irais droit au but, Mr. Alderson, et je sais que vous êtes très doué dans votre domaine. Plus que cela, même... C'est pourquoi je vous propose une collaboration, ou en tout cas, un poste plus adéquat. » La bombe était lancée.

© Starseed

_________________
The flying man
Does God know what I am ? Do I ? Am I an angel or a monster ? A hero or a villain ? And why can't I see the difference ? .•°¤ Mags.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 10/02/2016
Emploi : Informaticien (officieusement Hacker)
MessageSujet: Re: Mister President [Pv Nathan]   Mar 24 Mai - 22:06

Le sourire de Nathan Petrelli lui donnait des frissons. Pour un peu, Elliot l'aurait caché du plat de sa main, dissimulant cette expression aussi fausse que hypocrite. Politicien. Définitivement politicien. Jusqu'au bout des ongles. Jusqu'au plus profond de son âme. Politicien. Pourri. Corrompu. Se mentant à lui-même tout comme aux autres. Sur ce dernier point, Elliot ne pouvait que se reconnaître.

Le contact physique amorcé par le Président du conseil déstabilisa l'informaticien. Il ne put s'empêcher de tressaillir face à cette sensation désagréable, si difficilement descriptible à celles et ceux qui ne pouvaient l'expérimenter par eux-mêmes. Des fourmillements, presque une brûlure...

En moins de quelques secondes, ses pensées avaient perdu toute forme de rationalité et d'ordre, suppliant silencieusement Nathan Petrelli de respecter sa bulle d'intimité. Peur et colère se partageaient son esprit, sans parvenir à se dominer l'un l'autre. Qu'avaient-ils tous, à vouloir continuellement le toucher ? Qu'y gagnaient-ils ?

Sitôt la main du Président retirée, Elliot remua instinctivement son épaule, comme s'il cherchait à chasser une sensation persistante. Enchanté. Il ne l'était définitivement pas. Nathan Petrelli n'avait aucune notion de respect des limites d'autrui. Il croyait avoir conquis le monde. Qu'ils étaient tous à ses pieds. Qu'il pouvait asseoir sa "supériorité" avec aisance, s'imposant avec l'irrespect cordial si caractéristique des hommes de sa carrière... Il se trompait. Il se trompait définitivement.

Alors qu'il pensait qu'il pourrait être enfin en paix, que le Président allait lui demander à rencontrer l'un de ses collègues ou supérieurs, ce dernier lui révéla qu'il était à sa recherche. Qu'il voulait lui parler. Nathan Petrelli formulait une demande, mais Elliot pouvait clairement percevoir la commande qui se cachait derrière ses paroles aimables. Que l'idée lui plaise ou non, le politicien s'en fichait éperdument. Il avait quelque chose à lui dire et Elliot n'y couperait pas.

L'informaticien jeta un dernier coup d'oeil à son écran. Il n'avait pas terminé son travail. Il détestait laisser les choses en plan. L'idée le rendait anxieux. Il sauvegarda son ouvrage, tapant furieusement sur son clavier, s'empara distraitement d'un stylo afin de pouvoir s'occuper les mains avant de suivre Nathan Petrelli jusqu'à un bureau vide. C'était une situation qui lui était beaucoup trop familière...

Il ne se rappelait que trop de Tyrell Wellick, débordant d'un froid charisme et d'une autorité glaciale, le faisant suivre par ses sbires, le "convoquant cordialement" à un entretien, lui proposant une place à ses côtés. Une place qu'il ne s'était pas senti d'occuper, une place qui allait à l'encontre de ce qu'il croyait, une place qui le mettait devant des responsabilités qu'il ne pouvait tout simplement pas affronter... Au moins, Nathan Petrelli agissait-il dans les règles. Mais il pouvait se le permettre. Il avait la loi de son côté. Il était la Loi.

Tu aimerais que j'accepte, c'est ça ? Ca ferait un parfait rebondissement... C'est ça que tu cherches ? Un spectacle à sensations ? Ca doit te faire doucement rire, pas vrai ?

Elliot n'avait pas attendu que Nathan l'en prie pour s'affaler sur sa chaise, sa cervelle hyperactive se partageant entre son monologue intérieur, une vive réflexion à l'égard de la situation présente et la suite de ce code qu'il avait dû laisser en plan pour entendre la requête de Monsieur le Président. Monsieur le Président qui agissait comme il l'avait pensé. Monsieur le Président qui, bien qu'il soit aussi irrationnel que n'importe quel humain, suivait une logique qu'Elliot avait appris à décrypter avec aisance.

Tyrell et lui étaient faits de la même étoffe. Des stratèges, des politiciens, des joueurs d'échecs et les gens qui les entouraient étaient également les pions qu'il manipulait à leur guise. Mais Elliot refusait d'être le pion de qui que ce soit, lui qui était déjà à la merci de son propre esprit. Il était un observateur. Un clou qui dépassait et s'efforçait d'éviter tout autant que de chercher le marteau qui voulait le faire rentrer dans le rang...

Elliot observait silencieusement Nathan, détaillant son attitude, tentant de débusquer les failles. Il n'était que mensonges. Mensonges et déni. Quelque chose qu'ils avaient en commun, enfin. L'idée lui tira un bref sourire jaune, avant qu'il ne retrouve son expression habituelle. Faisant tournoyer le stylo entre ses doigts avec dextérité, canalisant une nervosité qui menaçait d'exploser à tout instant et plus particulièrement maintenant, il demanda d'une voix à peine intéressée :

"Un poste plus adéquat ? Quel genre de poste ?"

Il n'était pas intéressé par l'argent ou la gloire. Il ne cherchait pas l'avancement, pas plus que le succès. Il poursuivait simplement ses propres objectifs qui, bien souvent, finissaient par le dépasser complètement. Nathan Petrelli pensait avoir quelque chose à lui mettre sous la dent. Elliot était curieux de savoir ce qu'il en était...

"Je ne fais pas dans la communication. Je ne travaille pas avec les autres. Je ne suis pas doué avec les gens et ils ne le sont pas plus avec moi. Si votre poste implique un tant soit peu de sociabilisation, vous pouvez définitivement oublier l'idée de compter sur moi."

Elliot n'était pas diplomate. Il s'adressait au Président du Conseil comme il le ferait avec n'importe qui, incapable de jouer bien longtemps ce théâtre de vaines politesses. Nathan Petrelli était un homme, avec ses faiblesses, tout comme Tyrell. Ce dernier était un monstre dénué d'empathie, porté par son ambition aussi folle que dévorante. Et Nathan... Nathan avait probablement des cadavres dissimulés dans son placard, lui aussi. Au sens figuré, espérait Elliot.

"Je reste derrière mon écran. Je ne fais pas dans l'humain. Et je ne fais pas dans les responsabilités non plus, M'sieur le Président. Allez-y, faites votre offre. Je vous écoute."

Son regard fuyait désespérément celui de Nathan Petrelli, s'accrochant sur ses lèvres capables d'étirer le sourire le plus faux qu'Elliot ait jamais connu, s'égarant sur sa tenue soignée, détaillant l'environnement dans lequel ils se trouvaient.

Ses jambes frétillaient sur place, son corps se balançant dans un mouvement tout juste perceptible, ses doigts continuant à faire virevolter ce stylo saisi au hasard. Elliot était incapable de rester immobile. De canaliser proprement ce trop-plein d'énergie, aussi bien physique que mental. Trop vite. Tout allait trop vite. Et trop lentement à la fois. Jamais à son rythme. Jamais.

_________________

This is the world we live in.
People relying on each other’s mistakes to manipulate one another and use one another, even relate to one another.
A warm, messy circle of humanity.

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Mister President [Pv Nathan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mister President [Pv Nathan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Watchmen's door :: Behind the doors :: 1er District :: Centre de recherches normales et paranormales :: Bureaux de Torchwood-
Sauter vers: