AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'air du vent [PV Richard]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 10/02/2016
Emploi : Informaticien (officieusement Hacker)
MessageSujet: L'air du vent [PV Richard]   Lun 11 Avr - 10:50

Elliot ferma les yeux. Le vent frais fouettait son visage, une sensation qui ancrait son esprit dans l'instant présent et lui assurait qu'il n'était pas en train de rêver ou de délirer. Probablement. Après tout, où se trouvaient les limites de ses hallucinations, le jeune homme pouvait bien se poser la question...

Assis dans l'herbe, au bord du lac, Elliot épuisait sa batterie, observant inlassablement les mêmes photos, les mêmes e-mails, les mêmes souvenirs. Son ordinateur portable, c'était tout ce qui lui restait de l'autre monde. Ce qu'il avait emporté malgré lui. Le visage d'Angela, son amie d'enfance, s'imposait à lui. Les mails qu'elle avait échangés avec son ex petit-ami, Ollie. Les vidéos qu'il avait piratés par sa webcam et qu'il détaillait inlassablement, refusant d'oublier les traits du visage et la voix de celle qui avait tant compté pour lui.

Elle était là, sur son écran, pianotant le clavier de son ordinateur, souriant sans le savoir à Elliot. Le jeune homme caressa du bout des doigts son visage, rêvant de pouvoir traverser l'écran et la retrouver. La vidéo s'acheva et Elliot la redémarra, inlassablement. Elle lui manquait. Bon sang, qu'est-ce qu'elle pouvait lui manquer...

Angela, Darlene... Même Tyrell, quelque part, quand bien même cet homme respirait le danger à l'état pur. Tout ce qui pouvait le relier à son ancienne vie, là-bas, cette vie qu'il n'avait pas encore fini de ficher en l'air quand il avait été transporté ici. Que leur était-il arrivé ? Etaient-ils sains et saufs ? Elliot était seul, ici. Tout seul.

La batterie de son ordinateur était sur le point de rendre l'âme. Evidemment, pas de prise pour la recharger à l'horizon. Quoi de moins étonnant, au bord d'un lac ? Elliot s'était tant bien que mal motivé à quitter son appartement, sous les conseils de son thérapeute actuel. Entre le travail et ses heures passées chez lui, loin de tout et de tout le monde, Elliot n'avait plus vu le soleil depuis un long moment...

Son ordinateur s'éteignit et l'écran noir lui laissa percevoir son reflet maladif. Ses yeux cernés, son épiderme terne, l'absence de lueur dans son regard... Il n'était pas beau à voir. Mal à l'aise, Elliot tripota la capuche de son sweat noir. Il ne dormait plus. Bien moins qu'il ne le faisait déjà dans son monde habituel. Trop de pensées qui tournoyaient dans sa tête. Trop de cauchemars. Et cette peur de voir ce monde s'effacer à son réveil et laisser place aux murs blancs d'un hôpital psychiatrique...

Rangeant son ordinateur portable dans sa pochette, Elliot s'allongea dans l'herbe, fixant le ciel bleu d'un regard détaché. Il ne savait pas ce qu'il préférait : que ce monde fou soit tangible ou l'idée qu'il puisse être en train de délirer sans possibilité actuelle de retour à la réalité... Impossible de savoir ce qui tenait du réel et ce qui était issu des méandres de son esprit. Tout ce dont il était sûr, c'était qu'il était coincé ici. Dans une société régie par une autre toute-puissance.

Peut-être trouverait-il un sens à son existence s'il parvenait à la faire s'effondrer, elle aussi ? S'il détruisait l'influence du Conseil comme il avait détruit celle d'Evil Corp dans son monde ? A quoi bon ? A quoi bon...

Est-ce que tu as une réponse, toi ? Qu'est-ce que je suis censé faire, hein ?

Le silence, encore et toujours. Il était seul avec ses interrogations. Elliot ferma les yeux, laissant échapper un soupir. L'épuisement prit le dessus sur ses craintes et il ne tarda guère à glisser vers le sommeil. Un sommeil des plus légers, qui prit fin lorsque des bruits de pas parvinrent à ses oreilles... Alerte, Elliot ouvrit les yeux et se redressa, prêt à se défendre si nécessaire.

L'accoutrement de l'individu en face de lui le prit de court. Elliot haussa un sourcil, intrigué, avant de se rappeler dans quel district il se trouvait. Ici, ceux et celles qui avaient débarqué venaient de temps anciens. Des sorcières, des rois, des chevaliers, des dames de compagnie... L'idée avait quelque chose de particulièrement absurde.

Un monde sans ordinateur... Elliot ne parvenait pas à s'imaginer en faire partie. L'informatique était le prolongement de sa pensée, de son être. Sans cela, il... Il ne serait probablement rien. Rien du tout.

Le jeune homme continuait à observer silencieusement l'inconnu, se demandant ce qu'il était supposé dire ou faire. Mieux valait garder son ordinateur portable dans sa pochette, à l'abri d'une curiosité qui pourrait s'avérer destructrice... Les gens de cette époque pouvaient s'avérer aussi barbares qu'ignorants.

Qu'était-il supposé déclarer en guise de présentation ? "Je m'appelle Elliot, technicien informatique." ? Définitivement pas, non. Mal à l'aise, il se racla la gorge, fuyant le regard de l'inconnu, marmonnant d'une voix peu assurée :

"Elliot. Je viens du 4ème District. Vous... Vous cherchez quelqu'un ? Quelque chose ?"

Il n'avait jamais été doué pour socialiser. Encore moins avec quelqu'un dont il ignorait tout des coutumes ou des aspirations. Il n'allait certainement pas pouvoir jeter un oeil à son profil Facebook et en tirer les conclusions nécessaires... Elliot était livré à lui-même, face à l'Inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
The One True King
Messages : 21
Date d'inscription : 10/02/2016
MessageSujet: Re: L'air du vent [PV Richard]   Mer 18 Mai - 16:30

L’un des avantages à vivre dans un univers où la magie existait (ce que, Richard avait appris avec stupeur, n’était pas le cas partout) était que finalement, on se surprenait de très peu de choses. Certes, ce monde était aux antipodes du sien. Les gens ne se lançaient pas soudainement dans des chansons et des chorégraphies impromptues, les châteaux avaient été remplacés par des gratte-ciels, et ce qu’ils appelaient technologie s’était installé partout, révolutionnant considérablement les choses. Malgré tout, Richard n’avait pas les difficultés d’adaptation qu’on aurait pu imaginer. Un certain mal du pays, certes. Mais sa curiosité, son optimisme, et surtout la présence de Gareth lui avaient permis de rapidement retomber sur ses pieds, même si son entourage (et particulièrement Nathan) avait fait les frais de son intérêt pour toute forme de nouveauté. Il avait très probablement posé plus de questions en une semaine que durant tout le restant de sa vie, et le fait qu’il soit encore vivant en disait long sur la patience du président du conseil. D’une certaine façon, c’était pour Richard une chance de recommencer à zéro, d’effacer l’ardoise et de faire mieux. Se trouver une nouvelle place, même si ce n’était pas en tant que roi.

Ce qui ne signifiait pas que son monde ne lui manquait pas. Il repensait à ceux qu’il n’avait pas retrouvé ici et se demandait où ils étaient, ce qu’ils faisaient ; Galavant, Madalena, Isabella, ... même le cuisinier. Il n’aurait pas cru dire cela un jour, mais de tous c’était son ami Galavant qui lui manquait le plus. En dépit de leur hauts et bas, il avait apprécié les aventures qu’ils avaient vécues ensemble. Il aurait apprécié un peu plus si cela n’impliquait pas tant de marche, mais du reste, il en gardait bon souvenir. Il n’était peut-être plus roi, et n’était pas sûr de trouver un jour sa place, mais au moins ils avaient une quête, un but. Ici, il avançait à l’aveuglette. Nathan avait été assez bon pour lui confier un rôle, mais ce monde n’était pas le sien. Etait-il voué à rester ? Etait-il supposé accomplir une quelconque destinée avant de pouvoir repartir ? Ou devait-il accepter de continuer sa vie ici ?  Ces questions là, il ne les avait posées à nul d’autre que lui-même, parfois même en chanson, mais elles le travaillaient bien plus qu’aucune autre, et n’avaient pas encore trouvé de réponse. Un jour, peut-être.

Ce jour là lui avait semblé être idéal pour s’éloigner un peu du premier district et profiter des zones plus éloignées et plus vertes, déjà plus semblables à ce qu’il avait pu connaître dans son royaume. Un petit goût de chez lui. Et c’était l’occasion de promener Tad Cooper, qui n’avait pas encore vu grand-chose d'autre que le vivarium qu’on lui avait fait installer. Le dragon fièrement posé sur une épaule, Richard avançait d’un pas guilleret en chantonnant, approchant d’un lac auprès du quel il avait l’intention de se poser et grignoter… si quelqu’un n’avait pas déjà eu l’idée. Qu’à cela ne tienne, il lui suffisait d’aller voir quelques mètres plus loin, il n’avait pas l’intention de déranger. Mais le jeune homme assoupi s’éveilla soudain, probablement alerté par le bruit de ses pas, et se tourna vers lui, l’air vaguement sur la défensive, protégeant ce qui semblait être une pochette. Il ne semblait pas vraiment à l’aise en sa présence mais fit malgré tout l’effort d’entamer la conversation en se présentant. Le visage de Richard se fendit d’un large sourire en retour.

« Enchanté, Elliot du 4ème District ! Je suis… » Il s’interrompit à temps avant de présenter son statut et son royaume, lesquels n’avaient plus aucune valeur ici. « Richard. Du premier district, je suppose. »

C’était là en tout cas qu’il passait le plus clair de ses journées, à harceler Nathan, et qu’il avait élu domicile étant situé au cœur de la cité. A la réflexion, une maison plus éloignée dans le cinquième district n’aurait pas été pour lui déplaire, mais s’il voulait aider efficacement le président, il se devait d’être proche de lui et disponible à tout instant. Richard prenait son rôle à cœur ; pas question de faire deux fois la même erreur.
Se rappelant qu’Elliot lui avait posé une question, il ajouta avec une pointe de fierté difficile à ignorer :

« Ah, non, non, je voulais simplement promener mon dragon. » Il indiqua le petit reptile perché sur son épaule qui ressemblait plus à un lézard qu’à un dragon. « Elliot, voici Tad Cooper – Tad, je te présente Elliot. »

Satisfait par cet échange de civilités, il désigna brièvement le baluchon suspendu à son autre épaule et reprit :

« J’avais l’intention de faire un petit pique nique. Vous pouvez vous joindre à nous si vous voulez ! » Sur le ton de la confidence, il ajouta : « J’ai pris du saucisson. Et des… » Il marqua une pause, faisant mine de chercher un mot. « Prin… Ping… Pringles ! Je ne sais honnêtement pas comment j’ai fait pour passer une vie entière sans connaître ça. »

Il n’attendit pas vraiment de réponse, moins par manque de considération que par excès d’enthousiasme, et déjà s’était installé et commençait à déballer le contenu de sac, débordant de nourriture de toute sorte : de fruits qu’il n’avait encore jamais vu à des boissons aux couleurs improbables en passant par toutes sortes de snacks et de sucreries. Il sortit également ce qui semblait être une énorme cuisse de poulet qu’il tendit à son lézard en dépit du fait qu’elle faisait trois fois sa taille. Un dragon avait besoin de viande pour grandir, après tout. Se retournant vers Elliot, il reprit, comme si de rien n’était :

« Servez-vous, n’hésitez pas. Je vous déconseille les cacahuètes par contre, le contenu n’est pas déplaisant mais la peau est très dure, c’est assez désagréable. »

_________________
Do I ever become the hero ?
Will my star ever rise ? Will my life ever change ? Am I destined to be achievement-free forever ? I don’t need all my dreams to happen, or a bunch, or even some... Will my day ever come ? ©️pathos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 64
Date d'inscription : 10/02/2016
Emploi : Informaticien (officieusement Hacker)
MessageSujet: Re: L'air du vent [PV Richard]   Lun 23 Mai - 22:08

Elliot n'avait définitivement pas prévu cela. Qu'un être aussi fantasque vienne s'imposer subitement dans son existence, il ne l'avait certainement pas deviné. Ou désiré. Pourtant, il était là. Richard du Premier district. Un homme issu d'une époque probablement ancienne, à mille lieues de ce monde et de celui qu'Elliot avait pu connaître... Il n'osait imaginer l'égarement dans lequel il avait pu se trouver, à son arrivée ici. S'il s'était retrouvé en plein Moyen-Âge, Elliot aurait très certainement paniqué, de son côté.

Elliot haussa une nouvelle fois le sourcil quand Richard lui indiqua qu'il promenait son dragon. Un dragon. A première vue, la bestiole ne ressemblait guère à une créature légendaire, bien plus proche d'un quelconque lézard, mais Elliot se méfiait. Il avait déjà vu des choses bien plus incroyables se produire sous ses yeux. Une femme qui changeait d'apparence à volonté. Un homme volant. Des sorcières. Un minuscule dragon... Elliot ne devrait pas s'en étonner. C'était la réalité absurde du monde dans lequel il vivait.

Tad Cooper. Machinalement, Elliot salua la bestiole, marmonnant entre ses dents un "Bonjour..." maladroit. L'homme n'avait pas l'air foncièrement méchant. Juste un peu étrange. Mais à ses yeux, Elliot devait probablement paraître tout aussi bizarre. Il avait l'habitude de cette sensation. Détonner. Attirer l'attention. Les murmures. Le jugement.

Mais Richard ne semblait pas le craindre, le mépriser ou le prendre en pitié, les réactions auxquelles il avait été généralement habitué. Au contraire, il l'invitait même à prendre part à un pique-nique. Peu rompu à ce genre d'interactions, Elliot ne savait que répondre. A dire vrai, à cet instant précis, il préférerait encore parler à Tad Cooper. L'idée l'effrayait moins que la perspective de prendre part à un pique-nique avec un inconnu. Il n'avait pas prévu cela. Pas du tout.

Elliot entrouvrit la bouche, se mordit les lèvres et n'osa pas finalement prononcer la moindre parole, ses mots coincés dans la gorge. S'asseyant en tailleur, il observa silencieusement le remue-ménage de Richard, penchant la tête sur le côté en le voyant tendre une cuisse de poulet de taille généreuse à son léz... non, dragon. Dragon.

"Hem... Vous êtes sûr que Tad Cooper est supposé manger cela ? Il n'y a pas d'alimentation spéciale pour les l... les dragons ?"

Autant éviter de froisser cet homme. Elliot ne le connaissait pas encore assez pour pouvoir prédire ses réactions. D'autant plus qu'un allié dans ce monde-ci était précieux et qu'il valait mieux pour Elliot ne pas s'attirer d'ennemis... Sur ce point-là, peut-être pourrait-il être enfin plus serein que dans son ancienne vie... Non pas que la sérénité soit un concept familier pour le pirate informatique, loin de là...

Elliot ne savait que lui dire. Comment se comporter avec lui. Il n'était pas doué pour parler aux gens. C'était une interaction qui n'avait pas la rassurante logique d'un crackage informatique, d'un code HTML, d'une série de 1 et de 0... Tout était si inutilement complexe, subtil, émotionnel... Elliot s'y perdait. Il s'y égarait. Encore et encore.

J'imagine que tu dois bien en rire, toi...

Aucune réponse. Elliot soupira. Quittant sa position, il se recroquevilla sur lui-même, ses genoux serrés contre sa poitrine, son regard allant des victuailles à son interlocuteur, s'arrêtant brièvement sur son dragon. Se balançant légèrement et lentement sur lui-même, il souffla avec hésitation :

"Je travaille dans le premier district. Vous.. Vous faites quoi, ici ? Et avant ?"

Elliot ne savait pas ce qui le poussait à la confidence. La bonhomie innocente de cet homme, peut-être ? Il avait l'étrange sensation de pouvoir se livrer à lui sans craindre qu'il n'utilise ses propos contre lui... A dire vrai, il se confierait probablement plus aisément à lui qu'à son ancienne thérapeute, aussi zélée soit-elle.

"Chez moi, je... je faisais partie d'un groupe qui voulait changer le monde. Renverser le système et laisser un nouveau naître à sa place. On a réussi, mais... mais je ne sais pas ce qu'il en est, à présent."

L'inquiétude commençait à le ronger, tandis qu'il marmonnait d'une voix anxieuse :

"Ils ont peut-être été repérés... Je ne me rappelle pas de ce que j'ai fait. Ils... Je pourrais les avoir condamnés. Ils pourraient tous être condamnés."

Elliot crispa ses poings, enfonçant ses ongles dans la paume de ses mains. Il ne pouvait pas rester indéfiniment ici. Darlene et Angela avaient besoin de lui. Ils avaient tous besoin de lui. Et Tyrell... Bon sang, qu'était-il devenu ? Vivant ou mort, Elliot n'était pas sûr de préférer l'une ou l'autre de ces alternatives. L'homme était dangereux. Pour lui-même comme pour les autres.

D'un mouvement hésitant, Elliot s'empara d'un pringle. Il n'avait pas spécialement faim, mais il supposait qu'il devait partager quelque chose avec Richard. Que c'était une coutume, une interaction humaine habituelle. Autant tenter de faire relativement bonne impression... Même si ses commentaires angoissés avaient probablement dû décontenancer l'homme...

"Oubliez tout ça. C'est un autre monde, un autre lieu. D'ici, on ne peut pas l'atteindre. On ne peut rien faire à part attendre. Et..."

Un sourire maladroit s'étira sur ses lèvres :

"Manger des Pringles, je suppose."

Elliot se frotta les yeux. Sa brève sieste n'avait pas suffi à restaurer son énergie. Il était épuisé. En manque de sommeil. Et, pourtant, incapable de le trouver...

_________________

This is the world we live in.
People relying on each other’s mistakes to manipulate one another and use one another, even relate to one another.
A warm, messy circle of humanity.

Crédit - Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'air du vent [PV Richard]   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'air du vent [PV Richard]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du vent dans mes mollets - Moussafir / Mam'zelle Roüge
» moteur compound de GRAINE AU VENT
» Le Vent de Feu
» Utilisation du Flex sur coupe-vent
» Nausicaä de la Vallée du Vent

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Watchmen's door :: Behind the doors :: 5ème district :: Le lac-
Sauter vers: